Demande de certificats négatifs: La conservation foncière prise d'assaut







La conservation foncière a vécu durant la journée d'hier une situation inhabituelle avec un nombre de pas moins de 2.000 personnes venues retirer leurs certificats négatifs.

Ce chiffre, qui nous a été communiqué par un responsable, a été estimé sur la base des 4 quittanciers achevés et comprenant 500 quittances chacun. Mais dans la réalité, ce chiffre est dépassé de loin si l'on ajoute les citoyens venus en retard et qui sont retournés bredouilles, sans parler des simples curieux.

Hier, sur place, une véritable anarchie régnait dans cette ruelle étroite et il a fallu l'intervention des forces de l'ordre pour canaliser les demandeurs des documents.

Comme rapporté précédemment sur ces mêmes colonnes, de visu, les conditions d'accueil des citoyens sont déplorables, alors que le personnel, dont le nombre est limité, active dans des conditions également lamentables. Notre source dira que cette situation récurrente, en dépit des SOS lancés en direction de la tutelle, s'explique par le fait que « le certificat négatif exigé notamment pour les dossiers de demande de logements ne concerne qu'Oran-ville. En clair, tous les demandeurs de la wilaya se rendent à ce service au moment où les autres conservations foncières comme celles d'Arzew, d'Es-Sénia ou de Aïn El-Turk sont pratiquement désertes et s'adonnent à leur principale mission, qui est le traitement des actes de propriété établis par les notaires ».

Cette précision veut dire en clair qu'un demandeur de logement peut bénéficier d'un autre, alors qu'il a déjà été bénéficiaire dans l'une des localités, étant donné qu'il ne figure pas sur les fichiers de la conservation foncière d'Oran répartie pour les deux régions est et ouest de la ville. Le responsable a également indiqué qu'en « l'absence de fichier informatisé, les recherches se font manuellement, une tâche qui exige une concentration extrême ».

Dans la grande cour, deux chaînes interminables, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, se forment bien avant l'ouverture du service. Et selon des témoins, pour assurer une place parmi les premiers, il faut venir à 6 heures, voire avant. A l'entrée et à travers une fenêtre grillagée, un agent appelle ceux et celles qui ont déposé leur dossier et se sont acquittés des droits, 280 dinars. Mais là également, à voir la réaction des demandeurs auxquels on répond que leurs dossiers ont été égarés, vous avez une idée précise sur l'anarchie qui caractérise cette administration. « Ce n'est pas possible, j'ai déposé il y a une dizaine de jours mon dossier, et aujourd'hui, on me fait signifier que mon dossier n'a pas été retrouvé et que je dois en fournir un autre, et par conséquent revivre le même calvaire qu'aujourd' hui», devait nous déclarer furieuse un citoyenne. Par ailleurs, selon des citoyens de la daïra de Aïn El-Turk, la même situation caractérise la conservation foncière de cette circonscription fiscale. Ils affirment aussi que les conditions de travail et d'accueil sont également déplorables.



 

Vu : 186 fois
Posté Le : 03/06/2009
Posté par : sofiane
Ecrit par : Salah C
Source : www.lequotidien-oran.com
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
- Améliorer les conditions socio-professionnelles des travailleurs du secteur de la formation professionnelle
ORAN - Le Ministre de la Formation et de l’Enseignement Professionnels, Mohamed Mebarki a insisté, jeudi à Oran, sur l'amélioration des conditions socio-professionnelles de tous les travailleurs pour développer le secteur. Visitant le centre de formation professionnelle et d’apprentissage "Larbi Krim" à hai Es-Seddikia, le ministre a, d'autre part, mis l'accent sur l’adaptation de la formation aux besoins de développement, ...
- Formation professionnelle: plus de 66.000 jeunes dans les structures d'hôtellerie et de tourisme
ORAN- Plus de 66.000 jeunes suivent actuellement leurs cursus dans les structures spécialisées dans l’hôtellerie et le tourisme du secteur de la formation professionnelle, a indiqué, samedi, à Oran, Mme Akila Boukhari, représentante du ministère de la formation professionnelle. Les 66.000 jeunes font partie des 650.000 jeunes actuellement en formation à travers le pays, et encadrés par 30.00 ...
- Formation professionnelle: nouvelles spécialités lancées à l'Ouest du pays
ORAN- La session de février de la formation professionnelle, entamée dimanche, est marquée par l'ouverture de nouvelles filières et spécialités au niveau de plusieurs wilayas de l'Ouest du pays. L'objectif est de répondre aux besoins du marché du travail local et de se mettre au diapason de l'évolution de certains secteurs. A Oran, une spécialité de communication et d'industrie infographique a ...
- Garde présidentiel
Garde présidentiel
- oran la belle
oran la belle
- hassi ben okba
hassi ben okba



Aucune annonce n'est disponible








Aucune entreprise n'est disponible








Aucun vidéo n'est disponible








Aucune bande sonore n'est disponible








Aucun lien n'est disponible








Aucun produit n'est disponible