Algérie

JSK ' Le processus nécessite du temps pour se concrétiser : L'ouverture du capital, pas avant un mois




JSK ' Le processus nécessite du temps pour se concrétiser : L'ouverture du capital, pas avant un mois
Formalités - La JS Kabylie continue de faire l'essentiel de l'actualité sportive notamment depuis l'annonce de la dissolution du conseil d'administration remplacé par une commission de surveillance composée de deux membres, en l'occurrence, Malik Azlef et Mohamed Zeghdoud.Une des décisions prises lors de l'AG des actionnaires de lundi dernier. La «destitution» du désormais ex-président Hannachi et l'annonce de l'ouverture du capital du club ont suscité un intérêt chez de nombreux industriels très embalés à l'idée d'investir à la JSK dont le processus sera enclenchée à compter du 7 septembre, soit juste après l'installation du conseil de surveillance et l'élection d'un directoire par ce dernier.Un exécutif qui sera chargé de mettre à exécution toutes les procédures réglementaires portant sur l'ouverture du capital, l'un des plus faibles jusque-là des clubs professionnels des Ligues 1 et 2 Mobilis. Un état de fait qui ne reflète pas la grandeur de ce grand club, un géant du football national et continental. Aussi, cette opération de l'ouverture du capital n'est pas du tout chose facile. Sa concrétisation pourrait en effet prendre des mois, surtout que les intéressés pour prendre le trône « libéré » par Hannachi après 24 ans de règne sans partage sont apparemment nombreux. Ce qui exige dès lors du prochain directoire de filtrer tous les dossiers des postulants afin d'assurer au club une bonne assise financière permanente et surtout durable .Une condition sine qua none seule à même de permettre au club de sortir la tête de l'eau et de retrouver son lustre d'antan. Pour ce faire, il va falloir trouver un bon repreneur. Chose qui est loin d'être claire jusque-là. En effet, plusieurs noms susceptibles de prendre les rênes du club phare du Djurdjura sont annoncés et reviennent quotidiennement avec insistance dans les colonnes de la presse. Mais il faut savoir qu'à l'exception de l'ancien vice-président, Lakhdar Madjene, et son soutien Zouaoui, l'ancien international Sadmi Hamid et Azzeddine Aït-Djoudi qui ont clairement affiche leurs ambitions de succéder à Hannachi, les autres sont restés du moins pour l'heure muets sur le sujet. C'est dire que la décantation sur le devenir de la JSK, à l'agonie ces dernières saisons, est loin d'être faite. Pour le moment, les choses ont plus ou moins avancées avec notamment l'apport du duo Madjene-Zouaouii qui a déjà déboursé plus de quatre milliards destinés au règlement de deux mois de salaire aux joueurs, la pise en charge du stage d'intersaison et le payement de la lettre de libération de l'attaquant camerounais Ekede. Mais l'ardoise qui reste à éponger est tellement lourde (arriérés des salaires des joueurs et des différents staffs seniors, la régularisation des nouvelles recrues, le payement des staffs des jeunes et les autres staffs qui attendant leurs dus depuis près d'un an sans compter l'argent nécessaire à la gestion quotidienne et tout ce qu'elle induit comme dépenses notamment de l'équipe senior et des espoirs dont le coup d'envoi du championnat est prévu pour le 26 août prochain. En plus de tout ce listing, le club est sommé par la CRL de payer avant le 31 /12/2017 pas moins de cinq joueurs qui ont eu gain de causes par la Chambre de résolution des litiges. Il s'agit de Rial, Berchiche, Boulaouidet, Mebarki, Medjkane. Une somme colossale dont devrait s'acquitter le club pour éviter de graves sanctions, entre autres, l'interdiction de recruter et la défalcation de points. Un lourd passif légué par la direction qui constitue en somme un cadeau empoisonné et qui fait craindre le pire aux fans de la JSK qui ont peur pour leur équipe et ce à deux semaines du coup d'envoi du championnat. Pour rappel, la JSK accueillera la JS Saoura le 26 août prochain pour le compte de la première journée de la Ligue 1 Mobilis.



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)