Mohamed El KOURD



De son vrai nom Benamara Mohamed Ben Mustapha, il est né le 2 août 1885, près de la place d’Armes à Annaba (Algérie). Sa famille fait partie de la dernière vague d’émigrés andalous (1620). Artiste de génie, il porta le Malouf à son plus haut degré de raffinement. El Kourd apprît le Malouf sous la direction des maîtres incontestés du genre : les cheïkhs Mohamed Benkhemar, Mohamed Ferdjioui et Mohamed Beloucif. Il enregistre sa première série de disques (78 T) en 1934 chez Beïdaphone à Paris : sa célèbre valse « Harramtou bik nouâssi » , Aïnine lehbara, Salah Bey et Faraqouni entre autres. Son amour pour les voyages l’a amené à visiter beaucoup de pays européens. Elégant et fier, il a fait la gloire de la ville d’Annaba. 45 disques fut le lot de ses oeuvres connues. Il était souvent accompagné du flûtiste Mohamed Bennani dit petit Mohamed et d’Abdelaziz Mimoune dit Goamar à la darbouka. Cheïkh Mohamed el Kourd était un virtuose du piano et il fut le premier à avoir introduit le piano dans le Malouf. On le surnommait ' doigts d'or '. En 1948, Hassan El Annabi joua pour la première et l’unique fois avec le maître du Malouf.



Il mourut dans sa ville natale le 19 octobre 1951.


  


Vu : 36 fois
Posté Le : 06/06/2011
Posté par : MALIH
Ecrit par : Achour Cheurfi
Source : livre ' mémoire algérienne '


 

 


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
- Amine Khettat, chanteur de malouf : à la conquête du public algérien Constantine : les autres articles
Le malouf, l'un des genres musicaux les plus majestueux, les plus captivants par essence trouve, un peu plus, son sens profond, sa nature quasi mystique, sa nostalgie des jardins perdus d'Andalousie, chez le mélomane éperdu dans sa quête de perfection.C'est le sentiment rare, où se mêlent à la fois allégresse et douce mélancolie, qui nous submerge en écoutant le dernier ...
- Le malouf à Constantine : Toute l’élégance de la musique savante
Les associations musicales El-Djazira, d’Alger, et En-Nour, de Mila, ont donné, mardi soir à Constantine, dans le cadre de la 7e soirée du festival culturel national du malouf, tout son sens à l’élégance de cette musique savante. Une heure durant, les 18 membres de la classe supérieure de la troupe Al-Djazira, vêtus de costumes traditionnels, ont régalé les mélomanes présents au ...
- Mohamed El KOURD
De son vrai nom Benamara Mohamed Ben Mustapha, il est né le 2 août 1885, près de la place d’Armes à Annaba (Algérie). Sa famille fait partie de la dernière vague d’émigrés andalous (1620). Artiste de génie, il porta le Malouf à son plus haut degré de raffinement. El Kourd apprît le Malouf sous la direction des maîtres incontestés du ...
- FERGANI MOHAMED TAHAR (Constantine)
FERGANI MOHAMED TAHAR (Constantine)
- Cheikh Tahar Fergani
Cheikh Tahar Fergani



Aucune annonce n'est disponible








Aucune entreprise n'est disponible








Aucun vidéo n'est disponible





- Houwa ghrami fi dounya
Une des merveille du Malouf, chantée par Maître Med Tahar El Fergani ...
- Fi YOUM WA LILA
Une chanson splendide de notre chère Warda ...
- aouabdia
besbes le patelin du malouf.entre le malouf et les grandes familles a besbes il y'a une grande histoire il fait partie du decoredes NACER,DJEMIL,DOUKANI,DJAFI,ZEMARI,DORBANI................. ...



Aucun lien n'est disponible





- Malouf, Aissawa, Wasfane, Tounsi - compilation
Malouf, Aissawa, Wasfane, Tounsi - compilation
- Amine Khettat - machamim
Amine Khettat - machamim